Remercier Ana.

La mode et moi

 

Je ne sais pas trop pourquoi je commence cet article...

Longtemps, elle et moi ne nous sommes pas entendues. Jusqu'à mes douze ans, ma mère m'habillait, alors j'étais la risée de la cour de récré. (Le fait que j'y passe tout mon temps à lire Harry Potter et à leur jeter des sorts en secret n'y était pas pour rien non plus...)

Quoiqu'il en soit, après cela, j'ai développé avec mes amies une profonde aversion contre les fashionista. Vous savez, les pouffiasses qui vous regardent de haut, qui n'ont pas de boutons et qui sont minces ? C'était les gamines de treize/quatorze ans qu'on détestait.

Quant à savoir à quel moment j'ai voulu troquer mon jean troué, mes t-shirt marrants, ma garde robe entièrement sombre et mes vestes trop larges... C'était un déclic, je crois. L'influence punk a déserté ma liste d'achat, ne subsiste plus que la mélancolie des têtes de mort.

C'était il y a deux ans. La classe, le côté distingué du retour des fifties m'a tout de suite attiré. Il y a ce côté angélique de la femme, éternellement simple, un peu décalé...

 

 

 

Il y a eu ma tendance geek chic, aussi.

Et puis, une interrogation s'offre à moi.

 

Que pensent les autres ?

 

J'ai eu comme une illumination - nan, c'est vrai - en voyant qu'un ami n'aimait vraiment pas ma façon de m'habiller. D'abord, je me suis dit : "Mais... Mais je suis à la mode, voyons!" Disons que le style vintage ne plait pas forcément. Alors là je suis restée sur le cul, un peu déboussolée, par trop sûre de ce que je devais porter, prête à retourner au jean-t-shirt-convers pour ce type qui ne m'est pas indifférent, je dois l'avouer... (ce même type qui n'hésite pas à m'appeler "la grosse")

Et puis je sais plus quand, il y a deux jours ou plus environ... ah, oui je sais, en lisant Cosmopolitan, ma bible. Il y avait un article sur les sous-vêtements à culotte gainante très sexy. J'ai trouvé ça vraiment beau, tout en songeant au fait que lui n'aimerait pas.

Mais en fait, je fais ça pour quoi ? Pour qui ? Pour moi. C'est bateau comme réponse, je sais. Mais oui, je fais ça pour moi, parce que j'aime avoir un petit quelque chose de Marilyn Monroe dans le miroir, ce côté décalé, ce quelque chose qui me différencie des autres filles. Peut-être que ça ne plait pas. Moi, je sais que ce n'est pas moche, ce n'est pas outrancier, ce n'est pas vulgaire. C'est classe. Je ne suis pas outrancière, je ne suis pas vulgaire, je suis classe. Bon, d'accord, un peu classe. Et j'aime ça.

Alors quand un type me verra en sous vêtements sexy de grand-mère, il l'acceptera. Il ne s'en étonnera pas, parce que je suis Vintage depuis le début. Que peuvent penser les autres ? J'en sais rien. Quand j'étais une semi punk/gothique/emo pathétique qui savait pas associer les fringues, je remarquais qu'on me regardait. Maintenant, je ne sais pas si on me regarde. Mon père prétend que si. J'aimerais bien que ce soit vrai. J'aimerais soutenir le regard d'un garçon dans la rue qui m'aurait vue. C'est ça la mode. C'est s'identifier - enfin - et se sentir bien.

Certes, il y a les jours où je suis plus que laide et où je semble plus grosse que d'habitude. Mais quand tout baigne, quand je vois quoi porter, je me dis que c'est bon. C'est beau. J'aime les fringues. J'aime les chaussures. J'aime les sacs. 

 

Porter une marque.

 

Ah non, moi j'aime les soldes. Mais quand je porte ma veste Pepe Jeans à demi prix ou mon Trench Coat du Comptoir des Cotonniers, je ressens l'aura, la prestance gracieuse qui s'en dégage. Elle me contamine. Il ne faut pas abuser des bonnes choses - Monsieur Porte Monnaie n'y survivrait pas. Il faut savourer ce peu qu'on a. Se sentir belle ces jours là. Je ne suis pas particulièrement jolie, mais si un jour je devais porter un Chanel... Allez savoir. En attendant, les bottes de mes rêves du Comptoir des Cottoniers m'attendent toujours !

 

J'aime la mode.



13/01/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres