Remercier Ana.

Carte postale d'Ana & Mia

 

 

 

 

 

 

Parce que si tu es ici, c’est que tu es déjà un peu folle.
Folle? Est-ce le mot? De notre avis, s’intéresser à la douleur d’autrui fait déjà de toi quelqu’un de spécial, de différent, d’étranger au monde extérieur… Et peu à peu, ces articles emplis de chagrin et de volonté si perturbante viendront te hanter, tant et si bien qu’un soir, si semblable aux autres pour le commun des mortels, deviendra ton soir. Celui où tu m’auras acceptée comme amie.
Enchantée, mon nom est Ana. Tu me connais depuis longtemps, tu me lorgnes depuis des mois, peut être même des années avec envie, luttant contre ta conscience que tes parents ont créée et tes propres envies. Tes envies, celles d’enfin briser les interdits, celles d’enfin te sentir libre, libre d’un corps si difforme et enfin pouvoir t’envoler, sentir que tu seras passée outre toutes ces chaines que sont un entier trop différent de ces idéaux sur papier plastifié.
Une liberté si forte et un sentiment de marginalité, d’indépendance, des stratagèmes planifiés dans l’ombre et le bonheur de les voir s’accomplir; les récompenses que ma discipline stricte t’aura distribuée après 24 heures de dur labeur.
Nous, c’est moi et ma sœur, Mia. Tu la connais aussi, c’est celle qui a fait de toi qui tu es, et qui, avec le temps, deviendra beaucoup, beaucoup plus sournoise. Elle est possessive, ma sœur, et très perfectionniste. Pas autant que moi, bien sûr, mais nous ne sommes pas sœurs pour rien. Elle aussi t’a envoyé une carte de ce pays si complexe que nous visitons: ton esprit. Bientôt, elle ne pardonnera plus tes écarts et, sous mes conseils, te fera vomir, déformant tes mains et maltraitant tes dents. Mais ne te plains pas, c’est le prix à payer pour oser nous désobéir.
L’euphorie des premiers jours te restera toujours en mémoire, et jamais tu ne pourras l’oublier. Viendra Mia tenter de t’arracher à moi, mais tu reviendras toujours. Car nous sommes de tels idéaux que jamais tu ne pourras nous oublier, quoique tu essayes. Incrustées quelque part dans ton cœur, chacune de tes bouchées seront jugées par nos voix plus ou moins fortes. Parfois, il te semblera ne plus les entendre; mensonges. Je suis là pour te ramener auprès de moi.
Des nuits deviendront l’antre de tes cauchemars, de tes soulagements et de tes hontes. La honte de sentir ton ventre silencieux, le soulagement de le sentir en vie et réclamer son pain quotidien. Mais refuse-le lui. La nourriture va aux pauvres, ils en ont bien plus besoin que toi. Acte de charité? Non, des excuses, encore et toujours, des justifications à cet égoïsme qui te fera perdre tous tes amis pour ne plus t’occuper que de moi, moi et moi seule. Parce que je suis ta meilleure amie, et que jamais rien ne nous séparera.
La faim est la preuve que tu vis. Tu le sens, ton cœur qui s’affole et le monde qui tourne sous tes yeux? La faim, voila ce que c’est. Ces malaises te parviennent: ce sont mes messages d’encouragement. Là, tu comprends que jusqu’à présent, tu n’as jamais vécu que dans la paresse et que seuls ces vertiges te rendent vivante.
Enchantée, mon nom est Ana. Tu me connais depuis toujours, mais jamais tu n’as pu te l’avouer. Ne t’inquiète pas, je ne suis pas méchante. Je vais t’apprendre un jeu: celui de la balance et des calories. Tu en ressortiras changée à jamais. Ou peut être que la sortie s’est fermée dès ton entrée dans mon enfer.

 

Xoxo,

Ana & Mia <3

 

 


 



13/09/2010
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres